Agenda20/10/20 Retour à la page d'accueil Plan du site Page précédente Page Suivante Imprimer  
    Articles / 2008
 
  Lancer la rechercheRecherche avancée

  Notre Agence  

 

 

 

Diffuse en continu des articles  à destination de la presse.

 

 

    Contactez-nous

Cliquez pour demander les conditions d'abonnement.
Ou par téléphone : 01.53.83.47.04

Une équipe à votre service

 

Mentions légales

  17/1/2008
  Céréales - Près de 5 millions d’hectares de blé tendre emblavés
Date de publication : 17/1/2008

A l’occasion de la réunion de son conseil spécialisé céréales réuni le 16 janvier, l’Office des grandes cultures, a confirmé la progression des semis de céréales d’hiver et de colza. La sole de blé tendre atteindrait 4,97 millions d’hectares, pratiquement le niveau record de 1984 alors que le colza reculerait de 6 % avec 1,5 million d’hectares. + Encadré [Le regroupement des offices en marche]

Céréales

Près de 5 millions d’hectares de blé tendre emblavés

 

A l’occasion de la réunion de son conseil spécialisé céréales réuni le 16 janvier, l’Office des grandes cultures, a confirmé la progression des semis de céréales d’hiver et de colza. La sole de blé tendre atteindrait 4,97 millions d’hectares, pratiquement le niveau record de 1984 alors que le colza reculerait de 6 % avec 1,5 million d’hectares.

 

Le conseil « céréales » de l’Office national interprofessionnel des grandes cultures (OniGC) a présenté le 16 janvier une nouvelle estimation des emblavements en céréales d’hiver. Pour les semis d’hiver de blé, elles portent sur 4,97 millions d’hectares, soit pratiquement au niveau record de 1984 (4,98 M ha. Cette estimation se situe dans la tendance mondiale d’augmentation des semis de blé, + 4 % par exemple aux Etats-Unis, + 6 % en Allemagne, ). La surface semée en orge d’hiver progresserait également de 3,5  % pour 1,23 M ha.. Quant au blé dur, il  reculerait de 1,8 %, à 448 000 hectares.  En dehors des céréales, l’OniGC annonce une baisse des surfaces  de 6,4 % pour le colza avec 1,5 M ha.

Accélérer l’exportation de blé

En ce qui concerne ses bilans prévisionnels, l’OniGC a augmenté les perspectives d’utilisation de blé tendre pour l’alimentation animale de 100 000 t, mais abaissé ses projections d’exportation de blé tendre de 125 000 t vers l’Union européenne et de 100 000 t à destination des pays tiers. Le prix du blé français est encore trop élevé face aux origines américaines et Mer Noire, avec entre autres, le handicap du rapport euro/dollar. Il devra retrouver sa compétitivité pour espérer profiter d’une « fenêtre de tir » de l’ordre de un mois et demi qui s‘offre à lui, entre la diminution de la concurrence russe et américaine et l’arrivée des nouvelles récoltes de l’hémisphère Sud ainsi que le retour de l’Ukraine sur le marché mondial. D’autant plus que l’Ukraine pourrait contribuer à une augmentation des importations dans l’UE déjà élevées. La perspective de stock de report a été augmentée de 230 000 t à 2.238 000 t.

Les prévisions d’utilisation d’orge par les fabricants d’aliments du bétail ont été maintenues à 1,1 Mt et les exportations vers les pays tiers augmentées de 100 000 t à 1,3 Mt .Là encore, le retour de l’Ukraine pourrait freiner le bon courant d’exportation enregistré jusqu’alors. Quant au maïs, sa forte récolte a été confirmée avec 14,34 Mt, les incorporations dans l’alimentation animale étant maintenues à 3,7 Mt  (42 % de plus que la dernière campagne) et les ventes à l’UE augmentées de 235 000 t à 5,12 M t.  Le stock de report atteindrait 2,9 M t.

Les importations de maïs dans l’Union Européenne ont établi un record historique depuis le début de la campagne avec 8,2 Mt.  Pour la France, l’Office a relevé de 200 000 t  ses prévisions d’importation de maïs pour l’ensemble de la campagne, à 700 000 t, 93 % de plus qu’en 2006/2007.  En fonction de ces chiffres, le stock de report atteindrait 2,9 M t, soit 51 % de plus que l’an dernier.

 

Le regroupement des offices en marche

 

Le nouveau directeur général de l’Office, Fabien Bova, a présenté à l’issue du conseil, quelques précisions sur la mise en place de l’Office unique qui regroupera tous les offices actuels à partir du 1er janvier 2009. L’ensemble du dispositif de la réforme devrait être défini à la fin du premier trimestre 2008. La méthode de fonctionnement, les arbitrages interministériels feront l’objet d’un calendrier qui reste à préciser.

 


Auteur : La Rédaction

Commentaires : Ce texte comporte environ 2600 signes et espaces: Le chapeau : 345 – L'encadré : 465
Retour à la page d'accueil Contacts Glossaires Haut de page Page précédente Page Suivante Imprimer